Adopter un chien en refuge et lui donner une seconde chance est une formidable décision. Une question se pose cependant, et pas des moindres. Qu’a-t-il vécu avant (mais aussi pendant) son séjour en refuge et en quoi son passé peut-il impacter son adoption ?

C’est ce que nous allons voir ensemble aujourd’hui .

Le chien avant le refuge

En tant qu’éducateur le passé d’un chien est une donné essentielle à la bonne conduite d’un travail de rééducation comportementale.

  • A-t-il été maltraité et si oui de quelle manière ?
  • Quel était son cadre familiale ? (Enfants, autres chiens/animaux)
  • A-t-il déjà mordu ou tenté de mordre et dans quelles circonstances ?
  • Quelles sont les cause de l’abandon par ses précédents propriétaires ?
  • A-t-il été entraîné à la garde ou au mordant sportif et de quelle manière ?

Toutes ses questions nous apportent énormément d’information sur le chien et sont comportement. Plus important encore, elles nous donnent une idée du travail à effectuer et des exercices à mettre en place.

Cependant, malgré tout le travail mis en place et ce, même si le refuge dispose d’un éducateur compétent et présent sur la structure, il arrive bien souvent que certains chiens ne puissent redevenir totalement adaptés à toutes les situations.

Ce genre de situations arrivent quand le passé du chien est beaucoup trop compliqué et nécessite un travail ne pouvant être effectué en refuge.
A l’heure actuelle peu de structures font appel à des professionnels compétents pour les aider à rééduquer les cas les plus compliqué.
Heureusement les choses sont en train de changer !

Les bonnes questions avant d’adopter.

En tant que future propriétaire il est important de poser lesbonnes questions pour être sûr de trouver le chien qui vous convient.

Il faut bien se rendre compte qu’un chien adulte ayant déjà un certain vécu sera potentiellement moins « malléable » qu’un chiot tout juste sortit de l’élevage.
Bien sur cela ne veut pas dire que vous ne pourrez rien en faire, simplement que vous devrez probablement y passer un peu plus de temps et d’énergie.
Après tout, il à déjà eu l’occasion d’apprendre pleins de choses avant votre rencontre. Certains comportements seront à modifier et d’autres seront parfaitement adaptés à votre environnement.

Mon conseil est de vous focaliser sur les bons points AVANT de travailler les moins bons.
Ainsi vous pourrez rapidement créer une bonne relation avec votre chien et il sera beaucoup plus simple de changer ses habitudes.

Si vous vous demandez s’il est possible d’éduquer un chien adulte la réponse est OUI !
Et si vous voulez plus de détails j’ai déjà écrit un article sur le sujet ICI

Un chien adapté à votre environnement

En raison de leurs passés, certains chiens ont perdus en « adaptabilité » et ne sont plus adapté à certains cadres de vie.
Que ce soit la vie en ville ou en appartement voir la cohabitation avec d’autres chiens ou des enfants, il est très fréquent que le passé tumultueux de certains chiens limites leur possibilités d’adoptions.

Même si ça peut sembler triste, dites vous bien que vous ne lui rendrez pas service en le prenant dans un environnement non adapté à son profil.

On ne rééduque pas un chien avec des bonnes volontés !

J’insiste sur ce point mais j’ai souvent vu des adoptions tourner au désastre lorsque des gens adoptaient un chine clairement pas adaptés à leur cadre.

J’ai en tête le placement d’un chien qui ne supportait pas les enfant et ne pouvait pas vivre en appartement et encore moins en ville en raison d’une peur des inconnus.
Mais il était extrêmement mignon.

Il à été placé dans une famille vivant dans un appartement en centre ville avec quatres enfant en bas age pleins d’énergie.

Après six morsures en moins d’une semaine, le chien fut ramené au refuge.

Il s’est avéré que les adoptants avait volontairement mentis sur leur cadre de vie pour faire plaisir aux enfant qui voulait absolument ce chien.

Au final l’expérience fut mauvaise pour tous le monde et aurait très bien pu être évité.

Le personnel du refuge connais très bien les chiens de leur structure et seront à même de vous présenter les individus les plus aptes à vivre vivre avec vous.
Leur but est de placer des chiens de manière définitive, pas de les voir revenir une semaine ou un mois plus tard.

Adopter un chien de refuge demande de l’investissement

Bien entendu, adopter un chien de refuge coûte moins cher que de le prendre en élevage. L’investissement principal va se faire en temps et en énergie.

Même si le chien est adulte vous allez devoir repartir de zéro sur beaucoup d’apprentissages.
Il est peut probable qu’il marche correctement en laisse ou revienne directement quand vous l’appelez. Les premiers temps, vous devrez faire preuve de patience et de vigilance. Au moins le temps qu’il se fasse à vous et son nouvel environnement.

Je conseil toujours de laisser quelques jours pour l’acclimatation avant de commencer l’éducation.
Privilégiez toujours la récompense avec ces chiens et faites preuve de patience. Pour un chien, le changement brutal d’environnement peut être déboussolant, même si c’est pour le mieux.

Bien entendu j’ai déjà vu des changements de comportements spectaculaires suite à une adoption mais ça reste généralement anecdotique.

Donnez une chance au seniors et aux « gueules cassées »

Ça peut paraître stupide mais un chien un peu âgés ou pas très esthétique sont de tout aussi bon compagnons que les autres.

J’ai en mémoire un chien ayant été récupérer par la fourière suite à un accident et dont les propriétaires ne sont jamais venu pour le récupérer.

C’était un croisé griffon et probablement labrador assez imposant. Il a eu la machoire brisé suite à son accident et s’est retrouvé avec la bouche tordue.
Rien de grave puisqu’il pouvait toujours s’allimenter, boir et respirer normalement mais avait des difficultés à garder un jouet en gueule.
En plus de ça il avait les canines du bas qui ressortait énormément d’un coté de la gueule, lui donnant un air étranges.

Il est resté de très long mois dans son parc sans que personne ne veuille de lui.
C’était un chien parfaitement éduqué et facile à vivre qui était top avec les enfants et pouvais vivre avec d’autres animaux. Mais à cause de sa tête personne n’en voulait.

Les gens étaient touché par son histoire mais ne voulait pas passé outre son physique.

Jusqu’à son adoption par une jeune fille qui à eu un véritable coup de cœur pour lui en sa tête « particulière ».
Elle n’a jamais eu aucuns problèmes avec son chien et le prend de partout avec elle.

Faire attention au passé

Dans la plupart des cas, adopter un chien de refuge est une expérience formidable et une bonne action.

Il arrive cependant que les expériences passées puissent réapparaître dans certaines circonstances.

Il est très important pour vous d’avoir le plus d’informations possible sur le passé de votre future chien. Aussi bien avant son arrivé au refuge que pendant son séjour.
Cherchez les étapes marquantes de son parcours. A t-il vécu des moments traumatisants ou déjà mordu et si oui dans quelles circonstances ?
Comment étaient ses anciens propriétaires et dans quel cadre vivaient-ils ?

Certaines questions peuvent sembler étranges mais si un chien a toujours vécu en jardin dans un famille composée uniquement de femmes, comment va-t-il gérer de vivre avec un homme dans un appartement ?

Pour ce qui est des morsures

On entend souvent qu’un chien qui a déjà mordu va recommencer.
Dans certains cas c’est vrais, surtout si rien n’est fait.

La plupart du temps, les chiens utilisent la morsure en dernier recours ou dans le cas d’une douleur.

Un chien qui mord quand on touche une patte cassé ne va pas spontanément se mettre à mordre tous le monde une fois rétabli.
En générale, les morsures sont contextuelles.

Si un chien est abandonné après avoir mordu son maître. Après enquête, vous apprenez que la morsure a eu lieux alors qu’il se faisait battre à coups de bâton.
En théorie du moment que vous ne menacez pas le chien avec un bâton il ne va pas vous attaquer.

D’ailleurs il faut être légèrement dérangé pour battre un chien avec quoique ce soit.

Essayez de trouver quels sont les points faibles dans le passé de votre chien pour les régler en douceur et faire en sorte que votre aventure ce passe au mieux.

Après tout adopter un chien de refuge c’est lui donner une seconde chance.
Autant ne pas refaire les mêmes erreurs que vos prédécesseurs.

Prêts à adopter un chien de refuge ?

Si vous prenez bien en compte le passé du chien et ses besoins par rapport à ce que vous pouvez lui apporter, vous mettez toutes les chances de votre côté pour que ça se passe très bien.

Le plus important est de faire preuve de patience, surtout les premier temps où le changement d’environnement peut être difficile pour votre chien.
Ne baissez pas les bras et allez y en douceur en faisant preuve de compréhension.

Selon le temps qu’il aura passé en refuge il faudra qu’il réapprenne à vivre en famille.

Faites confiance au refuge et ne leur cachez aucunes informations. En étant le plus transparent possible avec eux ils pourront vous recommander quel chien est le plus adapté à votre cadre de vie.
Après tout ils sont les mieux placé pour connaitre les chiens de leur structure.

Mon dernier conseil est de prendre votre temps et de ne pas adopter sur un coup de tête. Pesez le pour et le contre, renseignez vous sur le passé du chien et ses besoins avant de prendre une décision.
Notez que ce conseil s’applique pour toutes les adoptions, pas seulement celles en refuges.

Dans tous les cas n’hésitez pas à vous faire aider par un éducateur canin une fois que vous aurez adopté votre nouveau compagnon. Il pourra vous aider à faire en sorte que tout ce passe bien.

Comme d’habitude vous pouvez également me contactez via le formulaire de CONTACT et je vous pourrais vous aiguiller sur la marche à suivre avec votre chien.

Catégories : Blog

Enzo

Passionné par le comportement animal depuis mon enfance mon voyage a réellement débuté début 2012 avec ma première chienne. Un an et demi plus tard je sortais diplômé d'état en éducation canine et commençais à travailler à mon compte. Au fil du temps j'ai récupérer mes deux autre chiens et ai pu énormément pratiquer pour parfaire mes connaissances et ainsi développer mes compétences. Au bout de quelques années j'ai commencer à travailler avec les refuges et association pour rééduquer les chiens "non-adoptable" ce qui m'a ouvert un tout nouveau terrain "d'entrainement". Aujourd'hui, n'ayant plus le temps de consulter à domicile avec les particuliers je me lance dans une nouvelle aventure en ligne pour pouvoir continuer à conseiller tout en continuant de venir en aide aux animaux les plus maltraités/

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *