En général les jeunes chiens sont très dynamiques et peuvent vite devenir difficiles à gérer. On se demande même s’il est vraiment possible de fatiguer son chien quand il semble avoir une réserve infini d’énergie.
On se dit souvent que ça passera avec le temps, qu’il va se calmer avec l’age.

Mais en attendant que faire ?

Existe-t-il un moyen de fatiguer un chien et ce peu importe son age ou sa race ?
Un « secret » de pro bien gardé qui fonctionnerait à la fois sur un Border Collie et un St Bernard ?

Oui c’est possible et même très simple !

Les différents types de dépenses

On a tous en tête l’image d’un chien ultra excité. Il ne se pose jamais, il est tout le temps à demander de l’attention. Il frustre et vocalise dès lors que l’on ne s’occupe pas de lui.
Lorsqu’il est dans le jardin il trouve systématiquement un bêtise à faire ou passe son temps à courir et aboyer. Et quand on sort avec lui, il nous saute dessus ou passe son temps à nous apporter une balle ou un bâton pour qu’on joue avec lui .

Dans la quasi totalité des cas ce genre d’excitation est simplement l’expression d’un manque de dépenses.

Ayant un trop plein d’énergie, le chien va essayer de trouver toutes les solution à sa portée pour vider ses batteries et pouvoir se poser.

Mais que faire pour « accélérer » ce processus, ou du moins l’aider sans pour autant finir sur les rotules nous aussi ?

On distingue deux grands type de dépenses :
– les dépenses physiques, soit l’épuisement dû à un effort physique ou à la pratique d’un sport.
– Les dépenses Mentales. La fatigue causer par un effort de réflexion important.

Tous les chiens ont besoins de ces deux types de dépense en quantités variables selon leur age, leur race ou simplement d’un individu à l’autre.

Le sport pour fatiguer son chien

Quand on cherche à fatiguer son chien, la première solution qui nous passe par la tête est de le faire courir.
Si on prend notre exemple, courir vide nos batteries donc il doit en être de même pour le chien ?

Pas tout à fait .

Bien que la course à pied avec un rythme constant soit très bénéfique pour le chien (et pour nous), il existe des façon de faire courir son chien plus efficaces que d’autres quand il s’agit de le fatiguer.
Certaines sont même carrément contre-productifs !

Comme je viens de le dire, le rythme est primordial, ainsi, faire un jogging avec son chien est parfait pour se dépenser physiquement. En plus de l’épuiser de manière saine vous l’aidez à entretenir son système cardiovasculaire et à lutter efficacement contre le sur-poids. Il pourra ainsi vivre plus longtemps en meilleure santé.
Et il en va de même pour vous !

Notez que si vous n’êtes pas spécialement fan de course à pied ça marche également avec le vélo. Une sortie VTT avec son chien est aussi bonne que le jogging.
Et si vous n’avez pas de vélo ou pas le physique sportif, la marche ou la randonnée fonctionne à merveille. Pas besoin de gravir des montagnes non plus. Quelques kilomètres en campagne vous fera le plus grand bien et à votre chien aussi !

Petit conseil pour la randonnée en nature, laissez votre chien prendre les odeurs sur le bord de sentier et fouiller les herbes quand il trouve une odeur. Vous verrez plus loin en quoi c’est intéressant.

Le piège de la balle !

Beaucoup d’éducateurs déconseillent de jouer à la balle avec son chien. Personnellement, je n’y vois pas d’inconvénients du moment que ça reste un jeu parmi d’autres.
Les problèmes apparaissent quand c’est le seul jeu auquel vous jouez avec votre chien. C’est encore pire quand c’est votre principale source de dépense !

Pour la simple et bonne raison que ça ne dépense pas le chien.
Du moins pas correctement.

Les jeux de balles/bâtons/tout ce qui se lance font souvent appels à l’instinct de prédation du chien. C’est un comportement inné, hérité de ses ancêtres sauvages. Chez beaucoup de races de chiens cet instinct à été préserver (ou modifié légèrement) pour augmenter efficacité du chien dans certains domaines. Notamment la chasse et la conduite de troupeaux.

Le soucis c’est qu’en partant après une « proie » (le balle) le cerveau va relâcher des endorphines et autres hormones qui vont favoriser l’excitation du chien et le faire tenir plus longtemps. Le fait est que cette libération d’hormones peut devenir très addictive et conduire à divers problèmes de santé.

Je ne vais pas m’étaler ici sur les mécanismes de la prédation mais pour résumer simplement :
Quand vous jouez à la balle avec un chien la sécrétion d’hormones le fait passer en pilote-automatique et l’augmentation de l’excitation provoqué par cette activité annule en quelques sortes les bénéfices de l’activité physique.

Mais faire courir son chien n’est qu’une possibilités parmi d’autres.

Fatiguer son chien en le faisant réfléchir

Toutes personnes ayant déjà passé des examens pourra le confirmer : une réflexion intense est un effort qui vous laisse KO.
Il en va de même pour toutes tâches nécessitant plus de concentration que d’habitude. Conduire la nuit ou dans le brouillard par exemple est plus fatiguant que par grand soleil principalement à cause de la visibilité réduite demandant plus de concentration.

Il en va de même pour nos chiens.

Le fait de devoir fournir un effort de réflexion (même pas forcément intense) va le fatiguer. Au début rapidement puis un peu moins au fur et à mesure qu’il s’habituera à l’exercice.

La majorité des chiens de compagnies ne fournissent pas un immense effort intellectuel au quotidiens.
N’ayant pas « d’utilités » contrairement aux chiens de troupeaux ou de recherches de personnes disparues, leur journées sont plutôt calmes.

Dans notre cas (fatiguer son chien), c’est plutôt une bonne chose. Un chien n’ayant pas l’habitude de se concentrer se fatiguera plus vite qu’en chien entraîné toute sa vie.

Mais comment faire réfléchir un chien ?

C’est très simple, toute activité nécessitant la résolution d’un problème demandera de sa part un effort de concentration.
En général, et pour garder le chien intéressé, le principal problème que nous lui poserons sera : comment atteindre la nourriture (ou le jouet).

En utilisant une ressource ayant de l’intérêt pour le chien vous allez créer chez lui de la motivation.
Contrairement à nous, les chiens ne font pas d’exercices mentaux juste pour passer le temps ou pour le fun. Pour qu’ils se lancent dans ce genre d’activités ils doivent avoir une bonne raison et la meilleur de toutes est bien entendu obtenir une ressource convoité.

Quels exercices pour mon chien ?

Le meilleur de tous est sans aucuns doutes l’éducation !

Peu importe le comportement que vous travaillez avec votre chien, avec la bonne méthode, il devra forcément réfléchir pour trouver la solution et progresser.
Le gros bonus c’est qu’en plus d’avoir un chien épuisé en fin de séance, vous aurez également un chien bien éduqué et une meilleur relation avec lui.

Si vous et votre chien êtes complêtement débutant je vous conseil d’apprendre à tenir les positions (assis,coucher,debout) en intérieur ou un peu de marche en laisse voir de rappel si vous avez un environnement sécurisé.

Si vous êtes plus avancé, n’importe quel comportement au clicker-training fera l’affaire dans la mesure où ce type d’entraînement permet une grosse réflexion chez votre chien.

Utiliser son nez !

Si vous disposez d’un jardin, mon préféré est le pistage de croquette.
Pour se faire rien de plus simple : prenez une part de sa ration journalière et plutôt que de lui donner en gamelle, éparpillez la dans l’herbe.
Évitez si possible qu’il ne vous voit le faire pour augmenter la difficulté. Une fois que vous avez « semé » les croquettes dans l’herbe, lâchez le chien de demandez lui de chercher ou pointez simplement la direction de l’herbe, son flair fera le reste !

L’usage du flair chez le chien est une activité formidable étant donnée tous les bénéfices qu’elle apporte.

En premier lieu, la dépense mental est très importante. Se concentrer sur un seul sens (l’olfaction) est très demandant en ressources mentales, et ce, même si c’est un comportement tout ce qu’il y a de naturel pour le chien.

En second lieu c’est une activité favorisant le calme et la concentration parfaitement adapté aux chiens les plus excité.
On aurait plutôt tendance à penser à un sport comme l’agility pour canaliser un jeune berger australien mais le travail du flair lui apprendra à rester calme et concentré sur la piste.
Si il s’excite trop et part dans tout les sens, il perdra sa piste et n’aura rien.
C’est un apprentissage qu’il fera de lui même et qu’il gardera très longtemps.

En troisième, c’est une activité que le chien peut faire seul !
Ça paraît idiot mais il n’a pas besoin que vous soyez présent pour chercher dans le jardin, ce qui, vous laisse tout le temps de vaquer à vos occupations sans avoir de chien dans les jambes.
Il apprendra ainsi qu’il est possible de s’occuper seul et qu’il n’a pas besoin d’être collé à vous tout le temps.

Ne vous inquiétez pas si il ne trouve pas tout d’un coup. Dans la plupart des cas les chiens en trouverons une partie puis iront faire la sieste et retourneront chercher plus tard.

S’adapter pour mieux fatiguer son chien

La clé de la réussite quand il s’agit de comportement animal que ce soit pour de l’entrainement ou, dans notre cas, de l’enrichissement de milieu, est la capacité à réfléchir et s’adapter.

Modifiez et personnalisez, les exercices afin qu’ils soit parfaitement adaptés à vous, votre chien et votre lieu de vie. Ainsi vous obtiendrez des résultats optimaux.

Par exemple vous vivez en centre ville et ne pouvez pas partir en randonnée très souvent ?
Pas de soucis !
Partez explorer votre ville ! Si un fleuve traverse votre ville alors partez visiter les berges. Il y a des lieux touristiques en hauteur, alors vous aurez du dénivelé dans votre parcours, comme à la montagne !
Bien entendu vous croiserez beaucoup plus de monde en centre ville que dans les alpes mais ça vous donnera également l’occasion de mettre en place quelques exercices d’éducation sur le chemin.

De même si vous n’avez pas de jardin pour mettre en place des jeux de flair, vous pourrez facilement trouver ou même fabriquer des tapis de fouille idéaux pour initier les chiens en appartement !

Chaque chien est différents et certains seront plus sensible aux exercices physiques et d’autre plus fatiguer après un effort de réflexion.
En général les chiens de bergers et de chasses sont très endurant mais se fatiguent vite face à de la réflexion. Alors que les chiens peut endurants seront KO après une bonne balade

Le mieux étant, bien sûr, de mélanger les deux !

Merci de votre temps !

Je vous remercie d’avoir pris le temps de lire cet article jusqu’au bout et espère que vous y avez appris quelque chose d’utile !

Fatiguer son chien est très facile quand on comprend comment il fonctionne. N’hésitez pas à tester plusieurs techniques différentes pour voir ce qui fonctionne le mieux sur votre chien.

Si vous avez des questions vous pouvez laisser un commentaire ou me contacter ICI .

Catégories : Blog

Enzo

Passionné par le comportement animal depuis mon enfance mon voyage a réellement débuté début 2012 avec ma première chienne. Un an et demi plus tard je sortais diplômé d'état en éducation canine et commençais à travailler à mon compte. Au fil du temps j'ai récupérer mes deux autre chiens et ai pu énormément pratiquer pour parfaire mes connaissances et ainsi développer mes compétences. Au bout de quelques années j'ai commencer à travailler avec les refuges et association pour rééduquer les chiens "non-adoptable" ce qui m'a ouvert un tout nouveau terrain "d'entrainement". Aujourd'hui, n'ayant plus le temps de consulter à domicile avec les particuliers je me lance dans une nouvelle aventure en ligne pour pouvoir continuer à conseiller tout en continuant de venir en aide aux animaux les plus maltraités/

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *